LE POUVOIR DES MOTS SUR LA CONFIANCE EN SOI

LE POUVOIR DES MOTS SUR LA CONFIANCE EN SOI

Combien de fois par jour demandons-nous pardon ?

« Pardon de prendre la parole »

« Pardon d’être en retard »

« Pardon de ne pas avoir décroché le téléphone »

« Pardon de de ne pas avoir la monnaie »

Combien de fois nous excusons-nous ou rabaissons-nous ce que nous allons dire ?

« Je ne sais pas si c’est pertinent mais …. »

« Je sais, cela a déjà été dit, mais…. »

« Que puis-je rajouter ?  Tout a été dit … »

A chaque fois que nous utilisons ce type de formulation, nous nous mettons nous-même en position d’infériorité. Le regard que les autres portent sur nous devient négatif, leur attention amoindrie et petit à petit, nous entrons dans un tourbillon d’émotions – colère de ne pas être écouté(e), peur de prendre la parole, honte de ne pas avoir su être à la hauteur. Notre confiance en nous-même s’amenuise.

Comment faire pour s’affirmer en douceur ?

Il suffit de transformer les « PARDON » et les EXCUSES en « MERCI » et en AFFIRMATIONS

« Pardon de prendre la parole » devient « Merci de me donner la parole »

« Pardon d’être en retard » devient « Merci de m’avoir attendue »

« Pardon de ne pas avoir décroché le téléphone » devient « Merci de m’avoir appelé(e) »

« Pardon de de ne pas avoir la monnaie » devient « Non, je n’ai pas la monnaie mais peux vous régler par carte ou par chèque »

« Je ne sais pas si c’est pertinent mais …. » devient « J’ai une idée …. »

« Je sais, cela a déjà été dit, mais…. » devient « J’aime l’idée qui a été dite et propose de compléter avec …. »

« Que puis-je rajouter ?  Tout a été dit … » devient « Merci de m’avoir invité(e) ; En effet, ….. »

Prêt(e)s à booster votre confiance ?

Merci de m’avoir lue et bonne journée !

#Assertivite

#AffirmationDeSoi

#Coaching

#Talents

#DeveloppementPersonnel

#Zybra.Talents

#Zybra

#GestionDesEmotions

#PsychologiePositive

ALLEZ…BON COURAGE!

ALLEZ…BON COURAGE!

Vacances scolaires, je dépose ma fille au centre de loisirs :

  • Bisous ma puce, passe une bonne journée.

Je me tourne vers l’animateur à l’accueil :

  • Bonne journée !
  • Merci ! Bon courage à vous.

Il me reste un peu de temps devant moi, je file à la boulangerie. Je règle mon pain :

  • Bonne journée !
  • Merci Madame ! Bon courage.

Bon courage ? Bon courage ? Mais où sont passés les « Bonne journée ! » ?

La vie quotidienne est-elle si compliquée qu’elle n’est que défis à affronter, problèmes à résoudre, conflits à gérer, difficultés à surmonter ? Bien sûr tout n’est pas rose. Bien sûr il y a des échéances, des imprévus, des réunions, des obligations mais il y a surtout des rencontres, des projets, des lectures, des idées, des réussites, des envies, des fiertés, des plaisirs …

Suis-je un « OVNI » ? Suis-je une « gentille » ? Suis-je une « idéaliste » ? Suis-je une « rêveuse » ? Oui, certainement. Je suis surtout réaliste, pragmatique, prudente. Pas question de nier les difficultés ni de les occulter. Non.

La psychologie positive et l’appreciative inquiry permettent à chacun de chausser de nouvelles lunettes pour modifier sa vision du monde. Il suffit de 21 jours consécutifs au cerveau pour se reprogrammer et acquérir un nouveau mode de pensée.

Alors ….

Plutôt que de voir ce qui n’a pas fonctionné …. et si on regardait ce qui a fonctionné ?

Plutôt que de se concentrer sur ce qui manque … et et si on regardait ce que l’on a à disposition ?

Plutôt que de se focaliser sur ses faiblesses … et si on développait ses forces et potentiels ?

Plutôt que de se souhaiter « bon courage »…. Et si on commençait à se souhaiter une « bonne journée » ? #PsychologiePositive #DevelopperSesTalents #ActiverSonPotentiel #Accompagnement #Formation #Coaching #AppreciativeInquiry

ADOPTION : LA BLESSURE DE L’ABANDON

ADOPTION : LA BLESSURE DE L’ABANDON

Troubles du sommeil, déclenchement de bercements en cas de stress, peur panique à la moindre toux d’un parent, besoin de toucher et d’être touché, difficulté à prendre du recul, crises de colère déroutantes, port de vêtements très serrés, attachement à des personnes toxiques, vision du monde en noir et blanc ….

Autant de motifs évoqués par mes clients lors de la 1ère séance d’accompagnement en intégration de réflexes archaïques.

Leur point commun ?  Toutes ces personnes ont toutes été adoptées.

Ne connaissant pas bien l’adoption et ses conséquences, j’ai cherché à comprendre. Pourquoi malgré l’amour reçu par leurs parents adoptifs, continuent-elles encore à souffrir ? Pourquoi y a t-il toujours cette méfiance, cette peur de s’attacher, ce sentiment de culpabilité et de rejet ? Pourquoi certaines personnes vont – elles jusqu’à l’auto-sabotage tout en en souffrant ?

Nancy Newton Verrier nous invite à réfléchir à la cassure du lien mère biologique / enfant adopté à travers une image, celle d’une assiette cassée :

” Si on casse l’assiette et qu’ensuite on la recolle, bien que les pièces s’ajustent…il y a de la colle entre les morceaux…la solidité n’est pas assurée, comme dans l’assiette originale entière. Il reste la sensation que l’assiette pourrait encore casser…Dans le cas de l’adoption, non seulement il faut recoller les morceaux mais l’autre moitié est différente…”

“L’enfant adopté- Comprendre la blessure primitive” Nancy Newton Verrier

« Si on casse l’assiette et qu’ensuite on la recolle, bien que les pièces s’ajustent …. il y a maintenant de la colle entre les morceaux….. la solidité n’est pas assurée comme dans l’assiette originale entière. Il reste toujours la sensation que cette assiette pourrait encore casser…. Dans le cas de l’adoption, non seulement il faut recoller les morceaux, mais l’autre moitié est différente … »

Dans son livre « L’enfant adopté – Comprendre la blessure primitive », l’auteur nous permet de mieux cerner les besoins des enfants adoptés et les conséquences émotionnelles, comportementales, relationnelles, identitaires de la séparation des enfants adoptés avec leur mère biologique.

Un accompagnement en intégration de réflexes archaïques agit entre autre sur le sentiment de sécurité intérieure et d’apaisement permettant de réagir de manière plus adaptée aux situations de la vie quotidienne.

 #RMTI #AccompagnementPsychoCorporel #Adoption #GestionDesEmotions #Hypersensibilite @Zybra

LE CORPS, ALLIE DES APPRENTISSAGES

LE CORPS, ALLIE DES APPRENTISSAGES

« Il ne tient pas bien son stylo », « J’ai mal quand j’écris et ça me fatigue ! », « Il n’arrête pas de gigoter ! Il ne tient pas en place et ne parvient pas à se concentrer. C’est un hyperactif ! », « Je veux arrêter de bouger mais je n’y arrive pas ! » « Elle est vraiment maladroite », « Il ne supporte pas les étiquettes des vêtements », « Il est vraiment impulsif ! Tout le temps sur la défensive », « Je ne supporte pas le bruit » « C’est une grande timide » « Elle a peur de tout ». « Il a une phobie », « Il perd tous ses moyens pendant les examens alors qu’il connaît ses leçons », « Je ressens beaucoup de stress et ne parviens pas à le gérer », « Il a fait un burn-out », « Il a un trouble dys », « Elle a un trouble de l’attention ».

Et si nos réflexes dits primitifs ou archaïques pouvaient impacter le développement de l’enfant et la vie de l’adulte ?

Des réflexes primitifs non développés ou non intégrés (persistants) auront non seulement des impacts sur la sphère corporelle (posture, coordination, énergie, écriture…), la sphère émotionnelle et affective (peurs, phobies, hypersensibilité, stress, confiance et estime de soi, …) mais également sur la sphère cognitive (mémorisation, concentration, langage, lecture, organisation …).

Mais au fait, qu’est-ce qu’un réflexe archaïque ?

Un réflexe est un mouvement automatique et involontaire déclenché par un stimulus.

Le tonnerre gronde violemment : vous sursautez.

Vous tombez en avant : vous vous protégez avec vos mains.

Vous respirez : vos poumons et votre cœur fonctionnent sans que vous n’y pensiez….

On dit que les réflexes sont archaïques ou primitifs parce qu’ils apparaissent in utero ou dans les premiers mois de la vie. Puis, ils vont s’intégrer progressivement pour vous permettre de prendre en main votre corps et vous laissez faire les mouvements que vous choisissez de faire.

Et pourtant, il arrive que certains réflexes persistent entrainant une lutte interne entre mouvements involontaires et mouvements choisis.

Comment savoir où on en est ?

C’est dans la vie quotidienne et surtout dans une situation de stress que la persistance de réflexes est la plus visible.

Souffrez-vous de tensions corporelles récurrentes ?

Votre enfant tient-il sa tête pour lire ou écrire ?

Quelle est votre position favorite pour vous asseoir ? Vous tenez-vous droit ou préférez-vous vous asseoir sur une jambe ou avec les pieds enroulés autour des pieds de la chaise ?

Avez-vous tendance à être gêné par les lumières vives, le bruit ou certaines odeurs ?

Acceptez-vous l’à peu près ou avez-vous une tendance au perfectionnisme ?

 Votre enfant rencontre-t-il des difficultés dans ses apprentissages ?

Finalement, de nombreuses difficultés/situations/problématiques pourraient être regardées sous le prisme des réflexes. De manière complémentaire avec d’autres approches, bien évidemment !

Toutefois, nulle question ici de considérer toute situation comme problématique, nulle question de rechercher une perfection à toute épreuve. En chacun de nous, à des degrés divers, il y a des réflexes non intégrés. Par conséquent, agir sur l’intégration des réflexes peut s’avérer nécessaire et utile à condition que cela soit au service d’un but à atteindre.

Mais alors, quoi faire ? Comment faire ?

Grâce à notre plasticité cérébrale, pas de fatalité ! Tout ne se joue pas avant 3 ans…

Un objectif, un cadre et un accompagnement bienveillants et soutenants, une dose de mouvements rythmiques, de patience et de confiance en soi et en route pour l’intégration des réflexes.

Bilan et protocoles permettent à des praticiens/consultants en intégration des réflexes primitifs d’accompagner enfants, ados et adultes vers l’atteinte de leur objectif.

De nombreux professionnels accompagnant en périnatalité, en parentalité, en pédagogie, en rééducation contribuent de manière préventive et curative à l’intégration des réflexes, sans compter les parents et les enfants eux-mêmes !

L’équipe de FLYAWAY compte parmi ses formatrices deux praticiennes en intégration de réflexes archaïques. N’hésitez pas à les contacter pour vous mettre en mouvement et créer des possibles, activer vos potentiels et développer vos talents !

http://www.fly-a-way.fr/

Co-auteurs Bérangère Mainguy et Sylvie Portas

STAGES COLLEGIENS ET LYCEENS – VACANCES DE LA TOUSSAINT

STAGES COLLEGIENS ET LYCEENS – VACANCES DE LA TOUSSAINT

Les vacances approchent déjà. Plus que quelques semaines et nos
enfants seront en congés. Et si on en profitait pour leur offrir un stage pour
leur permettre d’avancer sereinement et en confiance pendant cette année
scolaire ?!?

FLYAWAY arrive dans les Yvelines avec 3 ateliers et stage :

sucess collège

Stage
Apprendre à Apprendre “Success Collège” : Mardi 22, Mercredi 23 et
Jeudi 24 octobre 2019 de 9h à 12h

Objectifs : Retrouver confiance en soi, mieux se connaitre, identifier ses talents
et son propre mode de fonctionnement dans ses apprentissages, découvrir le
fonctionnement de son cerveau, remplir sa boîte à outils avec des méthodes de
travail et des outils adaptés, être acteur de son parcours scolaire !

Atelier
“Booster mes talents” 

Pour
Lycéens : mardi 22 octobre 2019 de 14h30 à 17h30

Pour
Collégiens : mercredi 23 octobre 2019 de 14h30 à 17h30

Objectifs : Apprendre à différencier estime de soi et confiance en soi, découvrir et ancrer ses forces et ses
ressources, travailler sur
ses objectifs scolaires et personnels et les valeurs qui les sous-tendent, faire le plein d’énergie !

Adresse de ces stages et ateliers : Thé L’Artiste – 1 rue Saint Vincent
78580 Maule

Pour inscrire votre enfant, il suffit de remplir le formulaire en ligne !

DEVELOPPER L’AUTONOMIE EN PREPARANT SON CARTABLE

DEVELOPPER L’AUTONOMIE EN PREPARANT SON CARTABLE

La rentrée approche. Le cartable, choisi ensemble, est prêt et votre enfant est tout fier de le préparer pour sa rentrée dans sa nouvelle classe. Alors, on saute sur l’occasion pour développer l’autonomie de son enfant ! Être autonome, c’est quoi ? C’est développer les compétences pour faire soi-même, à la hauteur de ses capacités et de son âge, sans intervention d’autrui. Développer l’autonomie d’un enfant lui permettra de devenir un adulte responsable, capable de prendre des décisions et d’assumer les conséquences de ses choix. Alors, comment faire ? Préférez le soir plutôt que le matin au moment de partir et utilisez un pense bête visuel pour vous aider (par exemple celui-ci disponible sur le blog « Vero à l’école » ).

Etape 1 – Montrer lui comment faire

  • Listez à voix haute les indispensables du cartable (le cahier de liaison, la trousse, le gouter, …)
  • Montrez-lui comment ranger ses cahiers et sa trousse pour que cela prenne moins de place, pour que cela ne lui fasse pas mal au dos

 Etape 2 – Faire avec lui / elle

  • Laissez-le mettre les affaires que vous lui donnerez dans son cartable pour qu’il apprenne comment les ranger

Etape 3 – Laisser faire 

Etape 4 – Encouragez et corrigez si besoin

Ces étapes sont bien entendu les mêmes pour toute autre activité (s’habiller, mettre le couvert, ranger, ….). 

Bonne rentrée !

EN SAVOIR PLUS SUR LA JOURNÉE DE VOS ENFANTS

EN SAVOIR PLUS SUR LA JOURNÉE DE VOS ENFANTS

– C’était comment ta journée aujourd’hui ?

– Bien

– Vous avez fait quoi à l’école ?

– J’sais plus

Ça vous parle ce type de dialogue ? Avez-vous remarqué comme il est difficile d’avoir des informations sur la journée des enfants et des ados ? En allant à l’école, l’enfant devient autonome et commence à « vivre sa vie ». En tant que parent, nous aimerions être petite souris pour tout voir, tout savoir. L’école, les fêtes chez les copains, les colos, …. tout ce que les enfants vivent sans leurs parents constitue leur petit jardin secret qu’ils dévoileront quand ils en auront envie.

Alors, comment faire ?

Eh bien … Parlez ! Eh oui, montrez l’exemple en parlant de votre journée à vous. Ce sera le début d’un bel échange et évitera de tomber dans le travers de l’interrogatoire alimenté par la mitraillette à questions ;-)Dites-lui ce qu’il vous est arrivé, qui vous avez rencontré, ce que vous avez appris, ce que vous avez mangé le midi, vos loupés, etc….Puis demandez-lui, ce que lui a vécu pendant sa journée. Utilisez toujours des questions ouvertes sinon, vous aurez des réponses laconiques ! Et si malgré tout cela, il ne veut toujours pas parler, dites-lui tout simplement « Je vois que tu n’as pas envie de me raconter ta journée pour le moment. Viens me voir quand tu seras prêt(e) ». Voici quelques questions qui peuvent vous aider (source http://www.comment-economiser.fr/questions-poser-enfant-ecole.html ) :

  • Qu’est-ce que tu as mangé à midi ?
  • Est-ce que tu as vu quelqu’un se mettre les doigts dans le nez ?
  • À quel jeu as-tu joué pendant la récré ?
  • Quelle est la chose la plus drôle qui te soit arrivée aujourd’hui ?
  • Est-ce que quelqu’un a fait quelque chose de super gentil pour toi ?
  • Quelle est la chose la plus gentille que tu as faite pour quelqu’un aujourd’hui ?
  • Qui t’a fait rigoler aujourd’hui ?
  • Quel instituteur (ou institutrice) survivrait à une attaque de zombies ? Pourquoi ?
  • Qu’est-ce que tu as appris de nouveau aujourd’hui ?
  • Qui a apporté le meilleur goûter aujourd’hui ? Qu’est-ce que c’était ?
  • Quel défi as-tu relevé aujourd’hui ?
  • Si l’école était un manège, lequel serait-elle ? Pourquoi ?
  • Comment noterais-tu ta journée à l’école, de 1 à 10 ? Pourquoi ?
  • Si un de tes camarades pouvait remplacer le maître ou la maîtresse pour une journée, qui choisirais-tu ? Pourquoi ?
  • Si tu avais la chance d’être l’instituteur (ou l’institutrice), quelle matière aimerais-tu enseigner ?
  • Est-ce que quelqu’un t’a énervé aujourd’hui ?
  • Qui aimerais-tu avoir comme ami(e) que tu n’as pas encore ? Pourquoi ?
  • Quelle est la règle la plus importante de ton maître / ta maîtresse ?
  • Quelle est la chose la plus amusante à faire pendant la récré ?
  • Est-ce que ta maîtresse / ton maître te rappelle quelqu’un que tu connais ? De quelle manière ?
  • Raconte-moi quelque chose que tu as appris sur un de tes amis aujourd’hui.
  • Si des extraterrestres débarquaient dans ton école et enlevaient des enfants, qui aimerais-tu que ce soit ?
  • Qu’est-ce que tu as fait aujourd’hui qui a été utile ?
  • Quand est-ce que tu t’es senti le plus fier de toi aujourd’hui ?
  • Quelle a été la règle la plus difficile à respecter aujourd’hui ?
  • Quelle est la chose la plus importante que tu aimerais apprendre avant la fin de l’année scolaire ?
  • Quelle personne dans ta classe est ton exact contraire ?
  • Quel endroit dans la cour est le plus amusant ?
  • Quelle activité aimerais-tu maîtriser cette année ?
  • Est-ce qu’il y a des enfants qui ont du mal à suivre les règles dans ta classe ?

FAUT IL AIDER SON ENFANT A FAIRE SES DEVOIRS?

FAUT IL AIDER SON ENFANT A FAIRE SES DEVOIRS?

D’après une étude réalisée sur trois décennies, aider nos enfants à faire les devoirs serait contre productif. Il vaut mieux être présent en soutien mais les laisser faire leurs expériences et découvrir par eux même pour développer leur autonomie, leur sens de la réflexion, leur organisation.

Plus d’informations dans cet article très intéressant :

https://etincelle.blog/…/aider-son-enfant-a-faire-ses-devo…/

#pedagogiepositive #developpersestalents #activersespotentiels #methodologie #difficultesscolaires