Dis, c’est quoi les Réflexes Archaiques?

Dis, c’est quoi les Réflexes Archaiques?

Dis….. c’est quoi les « Réflexes Archaïques » ?
Et c’est quoi ton métier ?

🧐 Hum, ce sont de bonnes questions, ça Odette !!

Odette, c’est un petit bout d’femme avec un très gros chignon rose. Odette, elle est très fraiche, toujours de bonne humeur. Et elle pose toujours plein, plein, plein de questions pour comprendre.

Alors j’ai décidé de lui répondre !

Ca, c’est Odette 😉

Je vais t’ expliquer :

Tu vois, quand tu construits une maison, il faut d’abord s’occuper des fondations sur lesquelles va reposer ta maison pour qu’elle soit solide et qu’elle tienne bien.
🔎 Et bien, les réflexes :  ce sont tes fondations.

Ensuite, on va monter les murs, mettre une porte et des fenêtres à la maison.  
🧱 Et toi, tu vas développer tes sens, comprendre ton corps, connaître ta gauche et ta droite, apprendre à parler, …

Et après, on va poser la toiture.
🏠 Toi, c’est à ce moment là, que tu vas développer ton autonomie, te faire des amis, et apprendre plein de choses, à l’école et aussi dans ton travail quand tu seras plus grande.

Parfois, le terrain est instable.
🌧️ Il pleut beaucoup, alors la terre se gorge d’eau et ça vient pousser les murs de la maison.
🌞 D’autre fois, il fait tellement sec, que la terre se rétracte et la maison ne repose plus vraiment sur ses fondations.

🤰 Pour toi, c’est peut être que la grossesse était un peu difficile, que ta maman a du rester couchée ou qu’elle a eu des moments de stress, un accident, une maladie, …
Ou alors, qu’à ta naissance, tu as voulu arriver un peu trop tôt, ou qu’il y a eu des complications et que tu as été séparée de ta maman pendant quelque temps…

Avec le temps, ces changements sur le terrain, vont venir abimer ta jolie maison. Il va y avoir des fissures, voire même des fois, la maison va pencher sérieusement et risquer de tomber !

Toi, tu vas peut être avoir le corps très tendu, et avoir mal au dos par exemple.
Ou alors, ça va être difficile de t’endormir.
Ou encore que tu vas te mettre souvent en colère, ou être très timide et ne pas oser regarder les gens ou leur répondre.
Et peut-être même que tu vas faire des trucs pour te rassurer (ça s’appelle des tocs).
Et pour travailler, ça peut parfois être difficile. Tu n’arrives pas à tout comprendre, à rester attentive ou c’est dur de tout mémoriser.

🩹 Alors, on va venir apporter des soutiens à la maison pour l’aider à se redresser et à devenir stable dans le temps. Certains vont agir directement sur la maison et d’autres, venir renforcer les fondations.

🕵️‍♀️ Moi, j’interviens sur tes fondations.
Et je travaille avec plein de personnes que tu connais peut-être déjà, qui vont eux t’aider à reboucher les trous et les fissures et à te redresser.

Voilà ! C’est ça le travail en réflexes archaiques 😉

#reflexesarchaiques#accompagnementpsychocorporel#troublesdesapprentissages#troublesdys#hypersensibilite#prematurite#adoption#developpementpersonnel#gestiondesemotions

Se recentrer et sortir du tourbillon parental

Se recentrer et sortir du tourbillon parental

Au début il y a l’émerveillement.

Se dire que c’est nous qui avons fabriqué ce petit être. On regarde chaque nouveau geste, chaque nouveau sourire comme une merveille, un bonheur de découvertes au quotidien. On s’extasie face à la curiosité enfantine, on rit de la maladresse pataude de notre petit homme ou de notre petit bout de femme.

A l’approche de l’entrée à l’école, cet émerveillement laisse place au questionnement, au doute :

  • Il a marché tard, non ?
  • OK il a marché tôt, mais il n’a pas beaucoup de vocabulaire, non ?
  • Ah, il ne s’intéresse pas aux lettres ? Il faudrait peut-être commencer à investir dans les jeux pédagogiques, non ?
  • Alors, la propreté ? Toujours pas ?! Bientôt l’école, il faut qu’il soit propre sinon, ils ne le prendront pas.

L ‘école débute.

Pour notre loulou, cette entrée à l’école signifie de passer du cocon familial ou de la nounou, à une classe de 25-30 élèves. Cohabitation quotidienne avec les autres. Nouvelles règles à intégrer. Sieste obligatoire. Bruit. Repas collectifs….

En tant que parents, nous en savons peu sur ses journées.  Notre « Tu as fait quoi aujourd’hui ? » se conclut la plupart du temps par « J’sais pas – Rien – J’ai oublié ». Notre bout’chou grandit, s’affirme, son caractère évolue et nous perdons petit à petit le contrôle sur ce qu’il vit.

Le regard que nous lui portons évolue également. Il est influencé par les remarques des professeurs, des animateurs, des autres parents. Les comparaisons avec les autres élèves débutent. Le stress de ne pas réussir à faire ou à dépasser ce qui est attendu par les normes s’immisce dans la relation avec notre enfant.

Nos questions ne portent plus tant sur ses centres d’intérêt, sur ses qualités, sur ses découvertes, que sur l’école, son comportement, ses résultats. Nous ne le voyons plus comme Antoine, Marie, Rayan, Paul, Laura, Emma, Yassine, Maryam, Mathis, …. mais comme un élève qui doit savoir faire et rentrer dans les cases avant tout autre chose sinon, il ne pourra pas réussir dans la vie.

Débute alors la course folle du perfectionnisme :

  • Activités extrascolaires sportives et culturelles pour le nourrir corporellement et intellectuellement
  • Pédo-psy
  • Orthophonistes
  • Psychomot’
  • Atelier gestion des émotions
  • Sophrologie
  • Cours particuliers
  • Aide aux devoirs, etc….

Du côté de l’enfant, c’est un agenda de ministre qui s’installe avec pas ou peu de moments pour souffler.

Du côté du parent, c’est la course :

  • Vie familiale, courses, repas, devoirs
  • Trajets Allers-Retours à faire ou à organiser pour emmener et récupérer chaque enfant à ses diverses activités
  • Rdv avec l’école, recherche des professionnels pour aider notre enfant à rentrer dans le moule
  • Réussite de sa vie professionnelle
  • Gestion des agendas vie pro/vie perso pour caser tout ce qui a à faire.

Les relations Parent – Enfants se tendent.

Pourquoi n’est-il pas reconnaissant de tout ce que vous mettez en place pour lui ? Pourquoi ne fait-il pas d’effort alors que vous vous échinez à faire ce qui est bon pour lui ? Et la relation avec notre conjoint dans tout cela ? Et surtout, où en est la relation avec vous-même ?

Ca vous parle ?

Voici une « technique » toute simple que je pratique quasi quotidiennement qui me permet de sortir de ce tourbillon dans lequel inconsciemment je m’engouffre en tant que parent.

FAITES UNE PAUSE

Que ce soit 1h, une demi-journée, 1 journée ou 1 semaine, prenez un temps rien que pour vous.

Pas de téléphone, pas d’obligation, pas d’engagement. Juste un temps pour soi, pour marcher, pour souffler, pour se reposer.

Un temps pour ne FAIRE RIEN. Ce temps n’est pas un temps « perdu ». Ce n’est pas un temps à ne rien faire. Non, c’est un temps où vous faites justement. Et ce que vous faites… et bien…. c’est RIEN ! En ne faisant RIEN, vous ressentez, vous vous videz la tête, vous vous reconnectez à vous-même.

Vous constaterez qu’après cette pause, vous serez plus disponible et plus à l’écoute des autres.

FAIRE LE POINT SUR VOS RESSENTIS

« Posez votre cerveau » (Je sais, c’est plus facile à dire qu’à faire 😉 mais avec le temps, vous y arriverez !) Que ressentez-vous :

  • Dans votre corps ?
  • Dans vos pieds ?
  • Vous sentez-vous stable ou penché ? Vers l’avant, vers l’arrière ?
  • Comment est votre respiration : pleine, entière, superficielle, profonde ?
  • Avez-vous des douleurs quelque part ? des tensions ?

Cet état des lieux vous permet de prendre conscience de ce que vous vivez en ce moment.

COMMENT VOUS SENTEZ-VOUS EMOTIONNELLEMENT  ?

Après avoir fait le point sur vos ressentis corporels, allez regarder du côté de vos émotions.

Les émotions vous traversent tout au long de la journée. Elles sont de précieux indicateurs pour vous aiguiller sur comment retrouver votre émotion de base : la joie.

Pour cela, n’essayez pas de les « gérer », mais plutôt de les accueillir pour mieux les écouter. Alors, sans chercher à modifier ce que vous ressentez, dites-vous juste :

  • Là, tout de suite, je me sens ……
  • Quand je pense à tout ce que j’ai à faire, je me sens ….
  • Quand je pense à ma relation avec mon enfant, je me sens …..

DE QUOI AVEZ-VOUS BESOIN ?

Ok, maintenant que vous avez identifié comment vous vous sentez, de quoi avez-vous besoin ? Là, je parle de VOUS et SEULEMENT DE VOUS !

Et oui ! Les parents ont toujours tendance à s’oublier, à se mettre à la place des autres, de leur(s) enfant(s), de leur conjoint , des profs, … C’est ce qui, le plus souvent provoque des crises par la suite.

Alors, là, il s’agit de VOUS et QUE DE VOUS – oui, j’insiste 😉 ! De quoi avez-vous besoin ?

  • De dormir, de manger, de calme ?
  • D’un cadre, d’intimité, d’un temps pour vous ?
  • D’amis, de votre famille, de collègues ?
  • D’etre reconnu(e), d’être utile, d’être respecté(e) ?
  • D’avoir des projets, d’avoir des objectifs, d’aller au bout de ce que vous initiez ?

PASSEZ A L’ACTION

Et bien maintenant, il ne vous reste plus qu’à vous mettre en action.

Cette action doit être initiée par vous et que par vous. N’attendez pas que l’autre devine ce dont vous avez besoin.

  • Vous avez besoin de dormir, allez faire une sieste !
  • Oui, mais vous avez plein de choses à faire ? Mettez un réveil et octroyez-vous cette vraie pause dont votre corps a besoin.
  • Vos enfants vous réclament ? Dites leur que vous serez indisponible pendant 15 – 30 min. Que là, c’est un moment rien que pour vous et que vous viendrez les voir après. Ils seront peut-être surpris mais vous verrez qu’ils respecteront ce temps.

A vous de jouer maintenant ! Prenez soin de vous et vous serez dans le rôle du parent que vous souhaitez être 😉