Troubles du sommeil, déclenchement de bercements en cas de stress, peur panique à la moindre toux d’un parent, besoin de toucher et d’être touché, difficulté à prendre du recul, crises de colère déroutantes, port de vêtements très serrés, attachement à des personnes toxiques, vision du monde en noir et blanc ….

Autant de motifs évoqués par mes clients lors de la 1ère séance d’accompagnement en intégration de réflexes archaïques.

Leur point commun ?  Toutes ces personnes ont toutes été adoptées.

Ne connaissant pas bien l’adoption et ses conséquences, j’ai cherché à comprendre. Pourquoi malgré l’amour reçu par leurs parents adoptifs, continuent-elles encore à souffrir ? Pourquoi y a t-il toujours cette méfiance, cette peur de s’attacher, ce sentiment de culpabilité et de rejet ? Pourquoi certaines personnes vont – elles jusqu’à l’auto-sabotage tout en en souffrant ?

Nancy Newton Verrier nous invite à réfléchir à la cassure du lien mère biologique / enfant adopté à travers une image, celle d’une assiette cassée :

« Si on casse l’assiette et qu’ensuite on la recolle, bien que les pièces s’ajustent …. il y a maintenant de la colle entre les morceaux….. la solidité n’est pas assurée comme dans l’assiette originale entière. Il reste toujours la sensation que cette assiette pourrait encore casser…. Dans le cas de l’adoption, non seulement il faut recoller les morceaux, mais l’autre moitié est différente … »

Dans son livre « L’enfant adopté – Comprendre la blessure primitive », l’auteur nous permet de mieux cerner les besoins des enfants adoptés et les conséquences émotionnelles, comportementales, relationnelles, identitaires de la séparation des enfants adoptés avec leur mère biologique.

Un accompagnement en intégration de réflexes archaïques agit entre autre sur le sentiment de sécurité intérieure et d’apaisement permettant de réagir de manière plus adaptée aux situations de la vie quotidienne.

 #RMTI #AccompagnementPsychoCorporel #Adoption #GestionDesEmotions #Hypersensibilite @Zybra